Délégationdu Val-d’Oise

Poésie du voyage de l’Espérance

Poésie du voyage de l'Espérance

publié en juillet 2017

Gavarnie

Lourdes, cité Saint-Pierre, un lundi matin
S’évanouit une ondée de fin d’orage
que la nuit nous a apporté avec fracas,
redressant les peurs, réveillant les chagrins
Qui viennent s’incruster dans des esprits
laissés vacants par le bonheur
De vivre ensemble quelques moments
d’insouciance et de fraternité.

Le cirque, rêvé comme un chapiteau
nous est apparu silencieux comme un mystère
Révélé délicatement par l’étirement des voiles
Incertains, dansant et s’entrecroisant
Pour laisser l’astre atteindre par quelques rais
Grandissants, le chemin de terre que nous allions fouler,
Témoin involontaire de la chaleur et de la fraternité
de tous ces hommes, femmes et enfants
désireux d’un soupir de partage et de confiance.

Ils sont venus de là-bas, de ces terres
traversées par une Oise qui s’achève en Val,
Faites de cités anciennes et nouvelles
accueillant tant de diversité et de différences voulues
pour faire un monde qui se voulait ensoleillé
mais vite contrarié par quelques ruptures
laissant des personnes au bord du creux dangereux.

La splendeur du cirque ravit les âmes prêtes à y voir
Les animaux légendaires traverser le ciel
Ou descendre la pente pour nous rappeler
Qu’ils sont les seuls maîtres des lieux.
Nous sommes là prêts à nous retirer pour ne pas interrompre
La chute de la cascade qui nous donne
le gave de la cité mariale, torrent violent
pour emporter tous nos soucis, nos blessures,
nos inquiétudes, nos incrédulités.

Les yeux s’emplissent de cette rencontre du ciel et de la terre
Nous ramenant, tous, à notre petitesse relevée par l’appel qui nous est fait
De dire la contemplation du moment portant la marque divine.

Bernard Pommereuil, Lourdes, le 11 juillet 2017

>> Retrouvez les autres photos et vidéos de notre voyage de l’Espérance sur notre page publique Facebook Secours Catholique Val-d’Oise

Imprimer cette page

Faites un don en ligne